RSS

Dr Youcef Khatib (Si Hassan) et L’accrochage à El Gaada de Frenda le 14 Octobre 1959

7 mars 2010

FRENDA

Son Itinéraire

Si Hassan, Youcef Khatib, a dirigé la wilaya IV d’août 1961, à l’indépendance, en 1962. Ce natif de Chlef, né en 1932, sportif accompli, avait rejoint l’ALN en 1956 à la suite de la grève des étudiants décidée par le FLN, abandonnant ses études médecine qu’il a reprises plus tard, à l’indépendance, pour décrocher son diplôme de médecin et se spécialiser en chirurgie.



Si Hassan a accompli toute sa carrière au sein de l’ALN à l’intérieur du pays. Il a passé six années dans les maquis, faisant le coup de feu, échappant à la mort à de très nombreuses occasions. Blessé plusieurs fois, il en a gardé quelques séquelles, dont la plus visible à l’oreille droite.

Youcef Khatib a travaillé d’abord dans le service de santé de la wilaya IV, zone dans la région de Chlef, ex-Orléansville, sa ville natale et principale agglomération de la riche plaine du Chéliff. Des maquis importants entouraient la plaine, dans l’Ouarsenis au sud et le Dhahra au nord.

Dans cette période très dure, il a côtoyé les premiers médecins avec lesquels il a mis sur pied le service de santé de la IV, dont il devait, plus tard, prendre le commandement. Devenu commandant, membre du conseil de wilaya, il se lie d’amitié avec Bounaama, dont il assure la succession.

Son témoignage

« Avant de parler de l’événement lui même il faut d’abord faire quelques rappels historiques. Au mois d’août 1959, alors que les deux wilayas (4 & 5) venaient de subir la grande offensive de l’armée française (C’était le fameux plan Challe), il eut une rencontre historique au sein de l’OUARSENIS (Le 25 Août 1959)

entre la Wilaya 4 représenté par :

Le Commandant Bounaama, membre du conseil de la wilaya 4

Le capitaine Hassan chef de la Zone 3 de la Wilaya 4

Le Sous lieutenant Khaled Secrétaire de la wilaya

et la wilaya 5 représenté par :

Le commandant Mejdoub qui venaient d’être promu membre du conseil (Wilaya 5) installé à Oujda

Le capitaine Tarik : chef de la zone 4 Wilaya 5

Le capitaine Boucif : chef de la zone 7 wilaya 5

Au cours de cette rencontre fraternelle et cordiale, le commandant Mejdoub a demandé l’aide de la wilaya 4. Cette dernière (à travers le commandant Bounaama) a donné son accord et une délégation est désignée pour l’accompagner composée du capitaine Hassan et du Sous Lieutenant Moulay. Cette délégation a quitté l’OUARSENIS le 09 septembre 1959 et entama sa tournée par la zone 4 Wilaya 5, en présence de son chef Tarik. Après un séjour d’une quinzaine de jours dans cette zone la délégation accompagnant le commandant Mejdoub se dirige vers la zone 7 Wilaya 5 (Tiaret) et se scinde en deux groupes:

L’un formé du capitaine Boucif, du lieutenant Yahia Megherbi et du Commandant Mejdoub se dirige vers le P C de la zone 7

L’autre composé du capitaine Hassan, du lieutenant Mazouni, des sous lieutenants Moulay et Kaili ainsi que deux agents de transmission se dirige vers le Sud Ouest Frenda. Le 14 Octobre 1959, au levée du jour, alors que le groupe traversait une région déboisé (Gaada) il est surpris dans une embuscade ennemie. Après un échange de quelques minutes, un repli s’est fait les maquis proches du lieu de l’accrochage.

Le bilan pour l’ ALN est le suivant :

09 Chouhada (Martyrs) dont

- Le lieutenant Ahmed Mazouni
- Les deux agents de transmission (Moussa et Hassan)
- Un secrétaire sectoral
- 04 Djounoud (Soldats)
- Un blessé grave et fait prisonnier
- 02 blessés légers rescapés par miracle
- Le Capitaine Hassan
- Le secrétaire Régional: Benali Mustapha (Résident à Frenda)
- Un seul Moudjahid sorti indemne

Après le départ des troupes ennemis les 02 blessés légers se sont repliés vers le douar de OULED DJERAD (Frenda) où ils ont pu se procurer des médicaments et reprendre contact avec l’autre groupe accompagnant le commandant Mejdoub et le capitaine Boucif. »

Sa déclaration

« Gouverner des hommes ne m’intéresse pas », dit-il dès 1962. « J’avais un devoir, je l’ai fait en y mettant le meilleur de ce que je possède. Aujourd’hui, nous sommes arrivés au but que nous nous étions fixés. L’Algérie est indépendante. Qu’elle prenne en mains ses responsabilités. Moi, je retourne à ma médecine ».
Date : 04/09/2007

Source : www.frenda.org

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “Dr Youcef Khatib (Si Hassan) et L’accrochage à El Gaada de Frenda le 14 Octobre 1959”

  1. l'éveillé Dit :

    mejdoub? une créature tristement célèbre . satanique et diabolique . inculte et sanguinaire , il liquida des maquis entiers de la résistance sous prétexte de bleuite . inculte et ignard , il devait tuer toute intélligence pour etre chef . ayant servi en Indochine , dans l’armée française il est décrit comme étant inculte , sanguinaire et inculte . quels sont ses faits d’armes à part liquider des dizaines de sincères patriotes et parmi les meilleurs des moudjahidines . mejdoub un agent double , stoppé par ceux là qui l’ont chargé d’infiltrer les maquis et de faire la sale besogne ? ses déplacements étaient toujours jonchés de documents oubliés comme par hasard sur le chemin de l’armée coloniale . documents bien renseignés , photos de djebels … n’a t’il pas voulu dans sa folie s’en prendre à la famille du chahid docteur damardji Youcef ? il réclamait tout simplement ses filles à ses cotés . si ce n’est la vigilance de patriotes de tiaret elles auraient disparu à jamais . gloire aux martyrs , à toutes ses victimes innocentes et qu’il aille pour l’éternité en enfer .

    Répondre

  2. farid Dit :

    merci pour info, je cherche l’histoire du commando mejdoub,
    amitié

    Répondre

  3. kourdourli Dit :

    grande fut mon émotion en lisant cet article car sur cette liste figure un nom qui , helas , demeure inconnu dans sa ville natale  » MAZOUNA « . Ahmed el mazouni de son vrais nom  » BENHATCHI Ahmed  » n’a jamais été honoré par ses siens….
    Repose en paix , mon oncle, la récompense de dieu est meilleure que celle des hommes….Allah yerham echouhada….

    Répondre

Laisser un commentaire

Boundiali: Cite du Millenai... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia