RSS

JUSQU’AU 17 JUIN, MOHAMMED OUDHAÏ EXPOSE À L’HÔTEL EL-AURASSI Quand le signe nous est conté Par : Amine IDJER

5 juin 2010

Culture, FRENDA

oudhaimohamed.jpgCulture (Samedi 05 Juin 2010)


“C’est l’entrelacs d’ocres nuancées animant le verbe ; c’est les signes aux couleurs d’argile, de henné et de miel ; c’est le rythme symétrique du “kholkhal” consonant ; c’est les joutes de berrah à l’ombre des youyous ambrés ; rappel atavique, consciences des deux bords qui se hèlent…”


C’est avec ces vers que le plasticien résument son exposition qui se déroule, depuis jeudi dernier, au niveau E de l’hôtel El Aurassi. “Er-rogam” en est le titre de cette belle palette de couleurs. Avant d’être un titre, c’est un style. Lequel style a été adopté,  [re]créé par l’artiste Mohammed Oudhaï.
C’est son empreinte à lui. “Er-rogam vient du mot rogam, ezrguim, rogama, qui signifie le décor des tapis. C’est la tapissière, la tisseuse qu’on appelle rogama. Ce mot est basé sur les graphismes et les dessins des tapis. Ce sont des graphismes traditionnels”, expliquera-t-il à propos de la signification du titre de son exposition.
Une vingtaine de toiles est exposée au regard avide du visiteur. Natif de la ville de Frenda (Tiaret) Mohammed Oudhaï, qui est aussi le neveu du regretté artiste Benane Larbi, compte plusieurs cordes à son arc. Outres les arts plastiques, il est aussi auteur conteur (plusieurs titres sont en voie d’édition).
Il a participé à plusieurs expositions artistiques, effectué des réalisations publiques et obtenu des prix et récompenses. Alliant deux techniques, celle de la gouache et celle de huile sur toile, le plasticien nous invite à redécouvrir un art ancestral que nous avons tendance à occulter : le signe. Dans ses œuvres, c’est la reproduction de cet art avec une certaine pureté. “L’art puisé dans le terreau culturel est empreint de pureté et fraîcheur originelle ; il présente une force attractive dépouillée de tout artifice, force procurant aux sentiments une authenticité plus évidente (…)”
Puisant ses couleurs de la terre, qui sont chaudes, gorgées de chaleur, Mohammed Oudhaï tente de représenter, plutôt reproduire, à travers ses tableaux, un pan de notre histoire, de notre richesse culturelle. Tel ce gardien de traditions, il reprend au détail près le “rogam”, le rendant plus accessible. Sa source d’inspiration est, sans conteste, le tapis et toute la beauté qu’il véhicule, sans omettre la symbolique très perceptible. Une vingtaine de toiles, qui, une fois alignées, racontent une histoire.
Pas n’importe laquelle. Celle d’un pays (l’Algérie) en général, celle d’une ville en particulier (Frenda). On est face à des tranches de vie : fantasia, musiciennes en train de jouer, cavalier… Un quotidien fait de joie et de bonheur. “Er-rogam”, grâce au choix des couleurs et à la fluidité des traits du pinceau, adoucit l’âme. Très profonde de par ce qu’elle aborde comme thématique, cette exposition est plus qu’une invitation à voyager dans le temps. C’est une découverte.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “JUSQU’AU 17 JUIN, MOHAMMED OUDHAÏ EXPOSE À L’HÔTEL EL-AURASSI Quand le signe nous est conté Par : Amine IDJER”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    ER-ROGAM

    Oudhai Mohamed
    (Artiste peintre)

    Itinéraire d’un artiste peintre

    M. Oudhai Mohamed; est né le 06 novembre 1943 à Frenda (Tiaret) , il est membre du comité directeur de l’union des arts culturels (U N A C), il a participé à plusieurs expositions artistiques, a effectué des réalisations publiques, et obtenu des prix et récompenses

    Les expositions

    ALGER (Algérie)

    Salon des Arts 1982
    Centre culturel Mouloud Feraoun 1984
    Salle El Ketani 1985
    Salle Mohamed Racim 1988
    Palais de la culture 1992

    Etranger

    Galerie privée Reims 1982
    Lieux publics Reims 1984
    Expositions collectives Oulan-Bator (Mongolie) 1989

    Les réalisations publiques
    1. festival international d’Ibn Khaldoun 04 fresques
    2. Parc d’attraction et de loisirs de Tiaret Fresques et tableaux décoratifs
    3. Aéroport de Bouchekif / Boussouf 06 Tableaux
    4. Souk Ahras Fresques 1987
    5. Grande Poste de Tiaret Toiles traditionnelles 1990
    6. Palais de la culture Oeuvres collectives 1993
    Les prix et récompenses

    1. Premier prix de la meilleure affiche publicitaire (Salon maghrébin du cheval 1985)

    2. Premier prix de la meilleure affiche publicitaire (Salon national du cheval 1986)

    3. Deuxième prix au festival des Arts plastiques (Souk Ahras)

    4. Mention spéciale (cheval arabe en calligraphie) salon national équestre 1987

    5. Meilleure oeuvre plastique sur la révolution palestinienne 1990

    « Signe plastique du Er Rogam » (Par M Oudhai Mohamed)

    L’art puisé dans le terreau culturel et empreint de pureté, de franchise et fraîcheur originelle, présente une force attractive dépouillée de tout artifice, force procurant aux sentiments d’une authenticité plus évidente que lorsque l’Art s’appuie sur des conventions académiques souvent sclérosées. L’interprétation de l’objet d’Art traditionnel ne peut s’accomplir et nous fournir sa substantifique moelle que par l’émergence des éléments culturels de notre passé que nous valorisons pour mieux structurer notre personnalité.

    Aussi me suis je attelé à l’entreprise non moins laborieuse de la recherche d’une nouvelle formulation plastique appropriée, d’une redécouverte des réalités culturelles de notre riche patrimoine, en décodant le langage subtil des signes peints tissés et gravés de nos anciens. Cette modeste prospection dans le vaste champ de la sémiologie picturale, m’a suggéré l’idée d’assigner une fonction plastique aux divers signes graphiques traditionnels entre autres ceux produits par nos habiles(Tapissières) du « Zarbie Djerbi etc. » au décor soutenu par un agencement subtil de contraste, de valeur, et de couleurs agréablement consonantes. Le tout, puisé dans le vaste réservoir des teintes naturelles composées d’une variétés de nuance de carmin, d’ocres et d’indigo, d’une richesse inestimable.

    Polychromie des binaires et des tertiaires, qui judicieusement mise en valeur à travers la poterie et la tapisserie notamment, donne vie à la chose produite et lui confère une harmonie musicale « qui se voit ».A travers cette modeste approche que j’ai intitulé » ER ROGAM  » (En référence au R’guim) j’ose apporter mon grain de peinture dans cette vaste palette maghrébine (et pourquoi Africaine), permettant ainsi au spectateur de comprendre sans difficulté les structures formelles et sémantiques de chaque tableau exposé et de s’y ressourcer.

    Ainsi grâce au signe plastique du « ER-ROGAM » il verra surgir du fond des siècles la vie de ses pères, vie ponctuée par les diastoles et les systoles de notre histoire millénaire, faite d’alternance de joie et de peine en un nécessaire voyage au bout de la mémoire, renouant alors le cordon ombilical.

    Pour contempler les oeuvres de l’artiste peintre cliquer………………….Ici

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia