RSS

TIARET Le bus, moyen de transport et réservoir d’humour

25 septembre 2010

A.Touil

 Désormais, chez nous et depuis quelques années, un bus n’a rien à envier à la scène théâtrale conventionnelle, autant par le décor que par la présence des personnes et du public. En effet, pour atténuer l’ennui et la corvée du trajet dans les transports en commun, devenus un carrefour, d’un humour «bon enfant» … se laisser «dilater la rate» par les bonnes blagues qui fusent de l’intérieur, s’impose comme le remède le plus efficace.

Sur une de ces lignes urbaines à Tiaret-ville vers la banlieue de Zaâroura, notre «hafila», bondée à vous couper le souffle, marque son premier arrêt après seulement une centaine de mètres, pour accueillir une dizaine d’usagers, qui se pressent de monter, en quête d’un siège. En vain, car toutes les places sont déjà prises. Faisant contre mauvaise fortune bon coeur, deux jeunes regardent en direction d’une dame âgée assise, avant que l’un d’eux ne recommande à son ami, de voir si elle veut bien lui céder sa place. Cet état d’esprit donne le ton, à une ambiance détendue, dans l’espace bondé, où le receveur s’acharne à faire croire le contraire, en invitant les gens à s’entasser plus encore, et…à reculer en arrière pour- dépanner leurs frères-. Une fillette «casée» entre les jambes de sa maman, entonne un refrain oriental, qu’elle a tôt fait de répéter, en réponse au public, séduit par la douceur de sa voix. Encouragée par les approbations de ses fans, la gamine chantera tout le long du trajet, avec des reprises de nombreux tubes à succès, avant d’être applaudie et félicitée à sa descente. Un garçon prend le relais, non pas pour chanter, mais pour parler avec des interlocuteurs imaginaires, en faisant semblant de tenir un téléphone portable. Le petit surprendra, en faisant rire plus d’un dans le bus, tant son jeu d’imitation est proche de la réalité, passant sans difficulté du personnage amoureux, dialoguant avec sa dulcinée, à l’homme d’affaires, négociant une transaction. L’enfant est soudain contraint d’éteindre le «mobile» qu’il s’est inventé, à cause d’un brusque freinage, qui provoque la bousculade et la colère générale. Dans l’espoir d’obtenir l’indulgence des passagers, le conducteur leur présentera ses excuses, en imputant la faute à un motocycliste qui roulait devant lui. Il obtiendra réponse, après quelques secondes de silence, mais avec des sortes de bêlements répétés, lancés en choeur, par un groupe de jeunes pour lui expliquer, qu’il transporte des êtres humains et non des moutons. S’ensuit alors un éclat de rire général, qui titillera la susceptibilité du chauffeur, au point de le vexer, si bien d’ailleurs, qu’il décide de se venger…en activant les boutons de son poste- cassettes et celui du chauffage à fond, alors que la chaleur des premières journées printanières est à son comble. Poussant la malice et la «hargne» plus loin, il marque une longue halte au point d’arrêt suivant, pour aller tranquillement ramener une tasse de café qu’il sirote avec délectation dehors, en fumant une cigarette. Mais, à bon chat bon rat, dit-on et il n’aura pas le temps de se «détendre » car le public le réclamera à cor et à cri, avec beaucoup de tapage sur les vitres, pour l’inciter à regagner son siège au plus vite. Ce qu’il fera illico presto… sous les applaudissements, et l’humour bon enfant de ses passagers. Pourtant, certaines générations nostalgiques de la pudeur semblent être incapables d’accepter ces nouvelles moeurs qu’elles considèrent à la limite de l’incivilité, autres temps, autres moeurs, dit un sage dicton. A.Touil

Dimanche 4 Juillet 2010 – www.lecourrier-dalgerie.com – N°1928 – 7e année

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia