RSS

Brèves de Tiaret Ouest Tribune Dimanche 26 Septembre 2010

26 septembre 2010

S.Moumen

                AIN BOUCHEKIF Un sexagénaire se donne la mort

Fatalité ou fléau social, le suicide touche désormais toutes les franges de notre société, des deux sexes et de tous les âges. En effet, père de huit enfants, un sexagénaire de la localité de Aïn Bouchekif, à quelques bornes au sud-est de Tiaret, s’est donné la mort, au cours de l’après midi de dimanche dernier, à l’aide d’une arme à feu. Ancien greffier en retraite et membre d’un groupe de légitime défense, (GLD), ce dernier avait 62 ans. Il a mis fin à ses jours, dans des circonstances et pour des raisons inconnues jusqu’à présent. Par ailleurs, une enquête a été aussitôt diligentée, par les éléments de la brigade de gendarmerie locale, afin de déterminer les causes et les circonstances exactes de ce drame, venu endeuiller plusieurs familles, proches et amis du défunt.      

                                     

Les chiens errants menacent

Les chiens errants fourmillent de plus en plus à Tiaret, à telle enseigne, qu’ils sont devenus menaçants et agressifs. Si, dans le passé, ces canidés semaient la terreur, notamment de nuit, au sein des lotissements mal éclairés, leur menace gagne aujourd’hui tous les quartiers de la ville. Devant une telle situation, les citoyens ne savent plus à quel saint se vouer, pour assurer la protection de leurs enfants, notamment ceux scolarisés. A la cité « EPLF », nos sources rapportent, qu’une petite écolière a été par deux fois mordue par ces bêtes, qui ont conquis certains espaces verts, pour y abriter leurs portées, et les protéger des intrus que sont les passants. Une autre dame, femme de ménage, obligée de quitter son domicile très tôt, affirme que certains jours, la meute de chiens de son quartier, l’oblige à arriver en retard à son travail. Mais le danger n’est pas que nocturne, puisque ces dangereux « résidents » circulent librement dans tous les coins du quartier, notamment aux alentours des gargotes et autres boucheries, en quête de pitance, laquelle leur est généreusement offerte par les commerçants, qui vident leurs poubelles sur les trottoirs. Un exemple concret pour les passants est donné par la meute de six à huit chiens, qui vadrouillent nuit et jour, à proximité de la grande maternité de la ville. Enfin, ces lieux envahis par des chiens abandonnés, à Tiaret, Ksar-Chellala, Ain Dheb ou Mahdia constituent une véritable menace pour la santé des citoyens. Car, en plus des morsures, ces canidés sont le vecteur de plusieurs maladies dangereuses, d’où la nécessité d’une prompte intervention des services compétents concernés, et capables de neutraliser ce phénomène en expansion, dans certaines de nos villes et de nos villages.

Lancement de l’opération « Tiaret propre »

« La propreté d’une ville reflète celle de ses habitants », dit un dicton. Partant de ce principe, les autorités locales et celles de la wilaya ont décidé, de procéder à une vaste opération dans la capitale des « Rustomides », une métropole souffrant depuis plusieurs années, des affres d’une mauvaise gestion de ses ordures ménagères, un autre fléau social dont les effets sont néfastes pour la santé des citoyens qui, pour la plupart ne sont pas étrangers à l’amplification du phénomène, à cause d’une inconsciente indifférence affichée, pour incriminer les services de la voirie. En effet, inscrite dans le cadre du programme : « Blanche Algérie », cette vaste opération vient d’être initiée par les autorités locales, dont la préoccupation majeure se veut, l’entretien de l’environnement urbain. Selon un communiqué de la wilaya, cette tâche est confiée à 80 jeunes, regroupés autour de 10 brigades. La réalisation du projet étant prise en main, par le chargé des affaires de l’APC. Enfin, il reste à relever, que cette opération concerne les lieux publics et les principales artères de la ville, et qu’elle comporte dans son sillage une nouvelle réglementation, en rapport avec les horaires de dépôt des déchets domestiques, ainsi que les endroits désignés pour leur collecte. Aussi, la collaboration des citoyens est-elle indispensable, pour la réussite du projet.

S.Moumen

site : www.ouestribune-dz.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia