RSS

ABDALLAH KOLLI, DIRECTEUR DE L’ENS «Nous répondons aux besoins de 28 wilayas»

10 octobre 2010

ENSEIGNEMENT


05 Octobre 2010 – Page : 7
ABDALLAH KOLLI, DIRECTEUR DE L’ENS «Nous répondons aux besoins de 28 wilayas» dans ENSEIGNEMENT TP101005-10

Programmer des formations d’enseignants en fonction des besoins de chaque wilaya est un casse-tête pour les planificateurs de l’Institut.

L’Expression: Com-ment l’Ecole est-elle organisée pour répondre à la demande en nombre d’enseignants?


Abdellah Kolli: Cette année, on accueille 4800 étudiants. Il y a 1441 nouveaux pour 800 sortants, dans cinq filières dont la philosophie, la langue arabe, le français et l’anglais et l’histoire et géographie. On forme des enseignants pour le palier primaire, moyen et secondaire. Les candidats disposent du baccalauréat et ils sont formés pendant 3 à 5 ans. 15.000 enseignants sont recrutés cette année par le ministère de l’Education et il y a encore un déficit en enseignants surtout en langues étrangères, notamment l’anglais. Dans certaines wilayas comme Djelfa, Tissemsilt et Tiaret, il y a au contraire un chômage des enseignants formés dans la filière de philosophie. Les diplômés ont un contrat de travail de 7, 9 et 11 ans selon le palier. L’ENS couvre les besoins de 28 wilayas du Centre de l’Ouest et du Sud-Ouest. Les diplômés sont recrutés à 90%. Le problème des wilayas citées est posé par le fait que les diplômés sont des filles qui ne veulent pas exercer dans d’autres wilayas que les leurs.

Quelles sont les solutions préconisées?
A partir de cette donnée, on demande d’exprimer un choix d’affectation de cinq wilayas. La contrainte est que 89,9% des candidats sont des candidates, ce qui pose un problème par rapport aux traditions qui entravent leur mobilité. Le ministère de l’Education est en droit de résilier les contrats si le problème persiste.

L’afflux n’est pas réparti de manière égale selon les wilayas, ce qui crée un déséquilibre pour l’emploi…
Cette année, il y a une fille de Tindouf mais on a des dizaines de candidats de Djelfa. Auparavant, il y avait un niveau bas de réussite au Bac mais la tendance s’est inversée. A Alger, il n’y a que peu de candidats. Cela nous pose un problème car ceux qui viennent d’autres wilayas exigent qu’on leur assure l’hébergement.

Comment s’effectue la coordination avec le ministère de l’Education nationale?
Il y un problème de coordination et c’est pour cela qu’il y a un problème de déséquilibre. Il faut que les wilayas expriment leurs besoins en quotas. L’autre contrainte est que les étudiants censés provenir de certaines wilayas ne disposent pas nécessairement de la moyenne requise pour leur admission.

De quelle formation bénéficient les enseignants déjà en poste?
On leur a dispensé un enseignement à distance. Cette tâche est prise en charge, à partir de 2009, par l’Université de la formation continue. Nous allons former 402 enseignants qui étaient déjà recrutés selon l’ancien système, c’est-à-dire sans disposer de baccalauréat.

Quelles sont les autres nouveautés?
Il y a aussi une réflexion pour passer au master et au magister. Il faut aussi régler le problème d’équivalence. Car lorsqu’on dit Bac +3, +4, +5, certains ne comprennent pas ce que cela signifie. Il y a une commission entre les ministères de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur qui planche sur cette question.

Il y a de nombreuses erreurs dans les manuels scolaires, que fait l’Institut pour réduire ce phénomène?
Nos laboratoires fournissent des études sur la question mais elles sont ignorées par le ministère de l’Education nationale.

Entretien réalisé par Ahmed MESBAH

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia