RSS

Tiaret: Des parents d’élèves seront poursuivis en justice par El-Houari Dilmi

3 décembre 2010

El -HOUARI Dilmi, ENSEIGNEMENT

En application d’une instruction émanant du ministre de tutelle, des lettres personnalisées ont commencé à être adressées hier aux parents d’élèves dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis la dernière rentrée scolaire a-t-on appris auprès de la direction de l’Education de la wilaya de Tiaret.

En effet, par ces lettres expédiées par le truchement des présidents d’APC et des chefs de daïras, l’inspection académique vient de mettre en demeure les parents dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis septembre dernier «sans raison valable ni avertissement des établissements scolaires concernés a—t-on souligné de même source. Se référant à une instruction (noms et adresses) des parents dont les élèves ont rompu leur scolarité, la direction a menacé d’ester en justice les parents dont les enfants ont cessé leur scolarité avant l’âge obligatoire de scolarisation fixé à 16 ans révolu. «Des dispositions légales existent pour contraindre les parents à scolariser leurs enfants de six à seize ans, âge obligatoire légal pour la scolarisation aux frais de l’Etat» avait rappelé le directeur de l’Education lors de la dernière rentrée scolaire. Dépêchées par le département de Benbouzid, des commissions composées d’inspecteurs et d’enseignants se rendent dans toutes les wilayas pour recenser les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école ainsi que ceux qui empêchent leur progéniture de poursuivre leurs études. La liste des contrevenants sera enregistrée et envoyée à la justice, conformément à la loi» avait menacé le ministre de l’Education en octobre dernier. Et selon des statistiques fournies par la direction de l’Education, la wilaya de Tiaret comptait à la dernière rentrée scolaire plus de 17.000 élèves, âgés entre 06 et 16 ans, qui ont soit cessé leur scolarité soit jamais rejoint les bancs des écoles après l’âge légal de scolarisation fixé à six ans. A noter aussi que pour inciter les parents d’élèves à scolariser leurs enfants, le ministère de l’Education nationale avait même envisagé l’ouverture d’écoles ambulantes au niveau des zones enclavées comme c’est le cas justement pour la wilaya de Tiaret. Des postes budgétaires ont d’ailleurs été dégagés au profit des enseignants qui voudront exercer au niveau de ce type d’établissements.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

10 Réponses à “Tiaret: Des parents d’élèves seront poursuivis en justice par El-Houari Dilmi”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    A la Une
    Emeutes à Sougueur (Tiaret)

    Pneus brûlés, routes barrées, lacrymogènes et plusieurs arrestations

    La crise latente, qui couvait depuis déjà un certain temps, a poussé les habitants du quartier populeux «El Oued», situé dans la partie Est de la ville de Sougueur, 25km au sud du chef-lieu de la wilaya de Tiaret, à descendre dans la rue pour protester contre les conditions dans lesquelles ils vivent.Mardi, la protesta a été plus violente sur le site même où les habitants se sont retranchés depuis plus d’un mois tout en maintenant la pression sur les pouvoirs publics quand le dialogue et la concertation ont fait défaut.

    Ainsi, et ne voyant rien venir du côté des élus, les protestataires sont passés à des actions des plus musclées en faisant dans la rébellion, sous toutes ses facettes et dans toute sa dimension la plus dangereuse. La guerre des pneus et des barricades a commencé à partir de 18h, lorsque les plus violents ont mis à feu toute la route où ils se sont positionnés, interdisant tout accès aux riverains, imposant un couvre-feu aux commerçants et locataires.

    Les actions les plus dangereuses ont été enregistrées lorsque des émeutiers ont décidé d’investir un internat situé à proximité du quartier, alors que d’autres lançaient de pierres sur les habitations. Alertés du mouvement, des brigades anti-meutes se sont déplacées en renfort à partir de la ville de Tiaret pour prêter main forte aux policiers et gendarmes de la ville de Sougueur. Et c’est à coup de bombes lacrymogènes et plusieurs arrestations que la bataille de la rue s’est achevée vers 23h, mettant ainsi fin à un cauchemar vécu par une cité jusque-là paisible.

    B. Kacem

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    Oranie
    Sougueur (Tiaret)

    Les habitants du quartier El-Oued descendent dans la rue

    Les habitants du quartier populeux El-Oued, situé dans la partie Est de la ville de Sougueur, 25 km au sud du chef-lieu de la wilaya de Tiaret, sont descendus, ce mercredi, dans la rue, avec banderoles déployées pour protester contre ce qu’ils ont appelé dans leurs discours «hogra et marginalisation manifestes des élus dont ils continuent à faire objet». Les protestataires ont fait mouvement en bloc suite à une information ayant circulé dans toute la ville faisant état d’une prochaine distribution de 102 logements sociaux inscrits sur les tablettes de la commune, a-t-on appris. L’information, véhiculée par certains demandeurs non retenus pour l’attribution, s’est vite répandue dans le quartier comme une traînée de poudre, et a fini par mettre en difficulté les élus sinon remettre en question tout le travail des commissions d’attribution des logements.

    Selon certaines informations recueillies dans le quartier, «les logements proposés à la distribution sont destinés en partie à l’éradication de ce bidonville implanté sauvagement à proximité d’un oued». Se référant aux propos des locataires, «la collectivité avait pris l’engagement de reloger dans les prochains quotas les cas les plus menacés par les crues et/ou vivants dans des conditions lamentables».

    Depuis trois jours que ces habitants du quartier mènent la protesta dans la rue pour au moins maintenir la pression sur l’administration, obtenir un dialogue responsable et trouver des solutions idoines.

    B. Kacem
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=60665

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    Oranie
    Chlef

    Rencontre de représentants du SNTE de 10 wilayas de l’Ouest

    Une rencontre à l’échelle régionale des membres du syndicat national des travailleurs de l’éducation (SNTE) a eu lieu cette dernière semaine, à Chlef, en présence des secrétaires de wilaya et des représentants de Mascara, Témouchent, Saïda, Mostaganem, Relizane, Béchar, El-Bayadh, Tiaret et Tissemsilt. Y ont pris part également les coordinateurs des adjoints de l’éducation, des corps communs des travailleurs et des directeurs des écoles primaires de 11 Wilayas. Concernant le corps des adjoints de l’éducation, l’assistance réclame la reclassification, la promotion et la définition des attributions du corps. S’agissant des corps communs, les revendications portent sur l’intégration et la confirmation dans le corps de l’éducation, la reclassification, l’augmentation des salaires et la clarification des attributions.

    L’autre chapitre concernant les directeurs des écoles primaires, les représentants syndicaux exigent la classification à la catégorie 12 au lieu de 11 actuelle et la prise en charge de leurs revendications relatives à la médecine du travail ainsi qu’aux œuvres sociales, comme c’est le cas sollicité par le syndicat national des travailleurs de l’éducation. Ces derniers insistent également sur l’amélioration des conditions de travail et d’accueil des élèves du cycle primaire à travers la construction de salles pour les enseignants, de sanitaires, de magasins pour l’administration et de logements pour les concierges. En conclusion, les participants interpellent le ministre de l’Education nationale pour la satisfaction des revendications dans les meilleurs délais. Quant au coordinateur de la région Ouest, en l’occurrence Temam Djillali, celui-ci a tenu à nous préciser que notre représentation (SNTE) agit dans un cadre bien organisé et structuré à l’effet de soulever la voix des nombreux fonctionnaires de l’éducation privés de leurs droits.

    M. Mokhtari
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61538

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    Oranie
    Tissemsilt

    Pénurie du lait en sachet et des moyens de transport durant l’Aïd

    Durant la veille et les deux jours de l’Aïd El Adha, la pénurie du lait s’est fait gravement sentir sur tout le territoire de la wilaya. Cette situation inexpliquée a causé des problèmes aux familles ayant des enfants en bas âge qui sont obligées de les nourrir par ce liquide qui leur est vital. Selon des informations recueillies, les fournisseurs de ce produit qui viennent des wilayas de Blida, Tiaret, Aïn Defla et Chlef, ont pris, unilatéralement, la décision de ne pas travailler durant cette période, pénalisant fortement la population de cette région en lait en sachet.

    Et pour obtenir un seul sachet, les citoyens ont dû livrer une véritable bataille en se levant tôt, le dimanche, en affrontant des bousculades. A ce sujet, certains habitants des villes de la wilaya de Tissemsilt qui nous ont déclaré qu’à partir de 7 heures du matin, aucun sachet de lait n’est disponible chez l’épicier du coin, interpellent, encore une fois, les responsables de la wilaya afin de mettre fin à cette anarchie qui n’a que trop duré et qui pénalise surtout les enfants. En plus du problème du lait, il y a aussi celui du pain qui a disparu des étals des boulangeries et les moyens de transport qui se raréfient, pour ne pas dire inexistants, bloquant ainsi des milliers de familles désirant rendre visite à leurs proches ou aux personnes hospitalisées, les obligeant à passer des heures dans des stations de bus, durant dans l’espoir de voir apparaître un bus daignant les transporter vers les lieux de leurs différentes destinations.

    Youcef Achira
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61671

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    La 24
    Bouchekif (Tiaret)

    Un cadavre retrouvé abandonné sur le CW7

    Les routiers empruntant le CW7 reliant Bouchekif à Tiaret, sur 15km, ont été, hier matin, les témoins d’une découverte macabre. Le cadavre d’une personne de forte corpulence, en partie nue, gisait à hauteur du lieudit « El Arraar ». L’identification et l’origine de la victime n’ont pas encore été révélées par les enquêteurs, et ceci laisse planer toutes les rumeurs concernant cet acte barbare. Toujours selon les premiers éléments d’informations recueillis chez les routiers et les usagers de cette voie, la victime serait âgée d’une quarantaine d’années et portait des traces de coups. La gendarmerie de la localité a ouvert une enquête pour situer les causes exactes et les circonstances de ce crime.

    A noter que cet incident est le deuxième en 24h, après le décès d’une jeune fille tuée sur la RN40, à Dahmouni, par un chauffard qui a pris la fuite.

    B.Kacem
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61737

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    Oranie
    Tiaret

    La Sonelgaz lance la campagne de sensibilisation sur les dangers du gaz

    La Sonelgaz de Tiaret, par le biais de sa direction, s’est engagée de plain-pied dans la sensibilisation sur les dangers du gaz et surtout tout ce qui gravite autour du phénomène du monoxyde de carbone.En effet, dans cette optique, les responsables ont inscrit sur les tablettes de la communication un programme d’action de proximité ciblant les enfants considérés, à juste titre, les premiers éléments dans la chaîne des accidents domestiques. La campagne initiée en cette période des grands froids, a été lancée jeudi dernier à partir de la Maison de jeune N°3 où tous les acteurs en charge du dossier du gaz à la Société de distribution ont développé toutes les théories sur l’utilisation du gaz et les techniques de préventions conventionnelles.

    Pour rappel, cette société s’est faite une tradition et un credo dans la communication de proximité en mettant au service de sa clientèle et de tous les utilisateurs de sa production, toutes les compétences et les moyens matériels à même de préserver des vies humaines.

    B. Kacem
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61780

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    la voix de l’Oranie Edition Internet

    A la Une
    17.000 élèves entre 06 et 16 ans ont quitté l’école en 2009-2010

    Lutte contre la déperdition scolaire à Tiaret

    Apparemment, et aux nouvelles émanant de la direction de l’Education de Tiaret, il semble que la lutte contre l’illettrisme engendré par la déperdition scolaire a bel et bien été déclenchée par les autorités compétentes concernées. En effet, c’est en application d’une instruction émanant du ministre de tutelle que des lettres personnalisées ont commencé à être adressées, dès cette semaine, aux parents d’élèves dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis la dernière rentrée scolaire 2010/2011 entamée le 13 septembre écoulé.

    La mission d’expédition de ces lettres confiée aux APC et chefs de daïras a déjà été lancée pour mettre en demeure les parents dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis septembre dernier sans justification valable auprès des établissements scolaires concernés. D’autre part, les services de scolarité de Tiaret se réservent le droit d’ester en justice tous les parents dont les enfants n’ont pas été scolarisés ou ceux ayant quitté l’école avant l’âge exigé, soit seize (16) ans révolus. Les mêmes sources révèlent que les dispositions légales sont disponibles pour contraindre les parents réfractaires à scolariser obligatoirement leurs enfants aux frais de l’Etat, et ce, jusqu’à l’âge de 16 ans. Pour rappel, cette rentrée scolaire 2010/2011 a été marquée par la présence de commissions chargées par le ministère de l’Education nationale, dans chaque wilaya, de recenser les ménages dont les enfants ne sont pas scolarisés ou qui ont inopinément quitté l’école sans motif valable avant 16 ans. Enfin, il reste à souligner que les listes de ces parents «anti-école» iront entre les mains des autorités judiciaires qui se chargeront de rétablir de nombreux chérubins dans leurs droits, sachant que la wilaya de Tiaret comptait à la dernière rentrée scolaire plus de 17.000 élèves, âgés entre 06 et 16 ans, qui ont soit interrompu leur scolarité ou qui n’ont jamais rejoint les bancs des écoles. Les prochains jours nous en diront sans doute un peu plus sur cet épineux sujet.

    S.Moumen
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61803

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  8. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    Oranie
    Rechaiga (Tiaret)

    Ouverture de pistes forestières pour désenclaver les douars

    La Conservation des forêts de la wilaya de Tiaret vient de lancer, dans le cadre du programme de développement rural intégré, deux opérations liées aux ouvertures de pistes forestières d’une importance vitale pour les ruraux de la commune de Rechaiga, une localité située à 50km au sud du chef-lieu Tiaret.Les deux opérations s’inscrivent en ligne droite avec la politique de fixation des populations rurales sur leur territoire d’origine et le désenclavement des régions. Deux importants douars, Er-Racha et Bani Hamad, ont bénéficié respectivement des ouvertures de pistes sur 10 et 8 km, leur permettant une liaison permanente avec la municipalité et les administrations locales.

    Pour rappel, Rechaiga est un pôle imposant dans l’arboriculture et les activités maraîchères pour lesquelles des investisseurs ont transformé l’espace en un Eldorado où toutes les variétés de fruits sont cultivées.

    Par ailleurs, ces services des Forêts ont lancé une opération de lutte contre la désertification de la région de Sidi Abderrahmane, à 52 km à l’Est de Tiaret, avec la création de ceintures vertes sur 100 hectares comme premières tentatives afin d’arrêter l’avancée du désert. Le projet consiste à planter des espèces spécifiques à la région, des arbres fruitiers et fourragées permettant la retenue de sables et profitables pour les fellahs situés sur les tronçons aménagés à cet effet.

    B. Kacem
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61756

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  9. Artisans de l'ombre Dit :

    Edition Internet

    A la Une
    17.000 élèves entre 06 et 16 ans ont quitté l’école en 2009-2010

    Lutte contre la déperdition scolaire à Tiaret

    Apparemment, et aux nouvelles émanant de la direction de l’Education de Tiaret, il semble que la lutte contre l’illettrisme engendré par la déperdition scolaire a bel et bien été déclenchée par les autorités compétentes concernées. En effet, c’est en application d’une instruction émanant du ministre de tutelle que des lettres personnalisées ont commencé à être adressées, dès cette semaine, aux parents d’élèves dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis la dernière rentrée scolaire 2010/2011 entamée le 13 septembre écoulé.

    La mission d’expédition de ces lettres confiée aux APC et chefs de daïras a déjà été lancée pour mettre en demeure les parents dont les enfants ont cessé leur scolarité depuis septembre dernier sans justification valable auprès des établissements scolaires concernés. D’autre part, les services de scolarité de Tiaret se réservent le droit d’ester en justice tous les parents dont les enfants n’ont pas été scolarisés ou ceux ayant quitté l’école avant l’âge exigé, soit seize (16) ans révolus. Les mêmes sources révèlent que les dispositions légales sont disponibles pour contraindre les parents réfractaires à scolariser obligatoirement leurs enfants aux frais de l’Etat, et ce, jusqu’à l’âge de 16 ans. Pour rappel, cette rentrée scolaire 2010/2011 a été marquée par la présence de commissions chargées par le ministère de l’Education nationale, dans chaque wilaya, de recenser les ménages dont les enfants ne sont pas scolarisés ou qui ont inopinément quitté l’école sans motif valable avant 16 ans. Enfin, il reste à souligner que les listes de ces parents «anti-école» iront entre les mains des autorités judiciaires qui se chargeront de rétablir de nombreux chérubins dans leurs droits, sachant que la wilaya de Tiaret comptait à la dernière rentrée scolaire plus de 17.000 élèves, âgés entre 06 et 16 ans, qui ont soit interrompu leur scolarité ou qui n’ont jamais rejoint les bancs des écoles. Les prochains jours nous en diront sans doute un peu plus sur cet épineux sujet.

    S.Moumen
    http://www.voix-oranie.com/view.php?newsid=61803

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

  10. Artisans de l'ombre Dit :

    La voix de l’Oranie Edition Internet

    A la Une
    Rahouia (Tiaret)

    Les habitants des douars bloquent la route Tiaret-Mascara

    Rahouia, une localité à située à 25 km à l’ouest du chef-lieu de la wilaya, a connu, dans la nuit de jeudi à vendredi, une contestation de la soixantaine d’habitants des douars Belkhoudja et Fellah qui ont coupé la route menant de Tiaret à Mascra, à l’Est de l’agglomération. C’est à cause d’un accident enregistré sur cet axe aux environs de 20h et après lequel une petite fille, âgée de 13 ans, a été admise aux urgences de l’hôpital Tedjani Heddam à Rahouia dans un coma profond. Devant cette situation de précipitation, les habitants ont vite réagi en coupant la route avec des blocs de pierres, des troncs d’arbres et autres objets hétéroclites pour protester contre l’administration qui a négligé la pose de ralentisseurs sur cette route.

    B. Kacem

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

    Répondre

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia