RSS

Les collectivités locales au cœur du développement : Le CNES donne la parole à la société civile

27 septembre 2011

3.Non classé

Les assises nationales, programmées à la fin de l’année en cours, doivent déboucher sur une synthèse globale consacrée à la bonne gouvernance des collectivités locales, et dont l’essentiel des recommandations sera transmis au gouvernement, lequel devra examiner les modalités de leur mise en œuvre effective.

PUBLIE LE : 27-09-2011 | 19:13

Les assises nationales, programmées à la fin de l’année en cours, doivent déboucher sur une synthèse globale consacrée à la bonne gouvernance des collectivités locales, et dont l’essentiel des recommandations sera transmis au gouvernement, lequel devra examiner les modalités de leur mise en œuvre effective.  Globalement, la concertation nationale sur le développement local, qui se fera de la base au sommet et touchera les 1.541 communes du pays, devra dégager les recommandations appropriées destinées à améliorer
la gouvernance des collectivités locales, ainsi que les relations entre l’administration et les citoyens.

Le CNES et les collectivités locales planchent sur les objectifs de modernisation, de gouvernance et d’impulsion du développement local. Cette grande opération a été lancée en septembre dernier sur le terrain, conformément aux orientations du Président Bouteflika qui a chargé le CNES d’animer une concertation avec les acteurs de la société civile en vue de définir les objectifs d’un meilleur développement local et de les adapter aux attentes de la population.
Le Chef de l’Etat a précisé que cette concertation sera animée avec le plein concours du gouvernement et des collectivités locales, et avec la participation, notamment, des compétences représentatives de la population, des élus locaux et des représentants de l’administration locale.
Dans ce contexte, la tenue de cette concertation, dont les modalités seront précisées à travers une feuille de route destinée à ceux qui auront la responsabilité de la conduire, sera entamée bientôt à partir des communes appropriées à même de concourir à l’amélioration de la gouvernance des collectivités locales, ainsi que celle des relations entre l’administration et les citoyens,  poursuit le Président Bouteflika.
Toujours au titre de la modernisation de la gouvernance et de la poursuite de la réforme de l’Etat, le président de la République a chargé le gouvernement d’œuvrer à la promotion du rôle et de la place des assemblées élues locales dans la gestion du développement et des affaires publiques, d’autant plus qu’une nouvelle législation est en cours pour adapter les cadres d’exercices et de gestion des collectivités locales à travers les codes communal et de wilaya, ainsi que les autres textes de loi en rapport avec l’élargissement de la représentation des femmes dans les assemblées élues, une plus grande participations des jeunes dans la vie de la collectivité, ou encore les instruments de développement à travers les programmes d’investissement destinés aux jeunes promoteurs.

Une feuille de route en trois étapes avec l’objectif de promouvoir le développement local
En effet, les pouvoirs publics ont déployé ces dernières années d’importants efforts pour relancer le développement local, notamment dans les régions des Hauts Plateaux et du Grand Sud où les actions de l’Etat sont particulièrement orientées sur les grands projets d’infrastructures socio-économiques, ainsi que le désenclavement des régions de l’extrême Sud.
Dans cette optique, les programmes complémentaires pour le développement  des régions du sud sont en cours d’élaboration, avec une enveloppe supplémentaire  (hors budget alloué pour le programme 2010-2014) de quelque 17 milliards de DA. Ces chantiers sont inscrits dans le cadre du programme complémentaire de développement des régions du sud engagé depuis 2006, et auquel les autorités ont accordé une enveloppe supplémentaire de près de 1.270 milliards de DA (plus de 17 milliards de dollars) au titre du plan quinquennal 2010-2014.
Et pour la concrétisation de ces importants objectifs, il est nécessaire de gérer les actions selon les nouvelles règles de la participation des citoyens, de savoir anticiper sur les changements et les mutations profondes en vue de se projeter dans l’avenir du développement local.
Les assises nationales devraient, quant à elles, déboucher sur une synthèse globale consacrée à la bonne gouvernance des collectivités locales, et dont  l’essentiel des recommandations sera transmis au gouvernement qui  examinera les modalités de leur mise en œuvre effective.  Globalement, la concertation nationale sur le développement local, qui se fera de la base au sommet et touchera les 1.541 communes du pays, devra dégager les recommandations appropriées destinées à améliorer la gouvernance des collectivités  locales, ainsi que les relations entre l’administration et les citoyens.
A signaler que les premières rencontres locales de concertation, animées par le CNES, ont débuté le 5 septembre à Tindouf.
Cinq wilayas de l’extrême Sud du pays sont concernées par ces rencontres. Il s’agit, outre Tindouf, d’Illizi, de Tamanrasset, d’Adrar et de Béchar. Ces rencontres locales seront suivies de six assises régionales qui aboutiront à la tenue des assises nationales sur le développement local, à la fin de décembre prochain.
Aussi et en prévision de ces Assises nationales sur le développement local qui se tiendront au mois de décembre au palais des Nations, une information annoncée par le président du CNES, Mohamed Seghir Babès, lors de la rencontre d’Illizi, en conclusion du long processus de concertations lancé au début de septembre, les responsables des collectivités locales et du mouvement associatif, l’administration centrale et locale multiplient les rencontres locales et régionales à travers les 48 wilayas.
Parmi les objectifs de la feuille de route arrêtée de ces rencontres, figure l’élaboration d’un document de synthèse et de recommandations sur la bonne gouvernance des collectivités locales, qu’il y a lieu de remettre au gouvernement en vue d’examiner les modalités de leur mise en œuvre effective.
Les objectifs du développement local et des attentes de la population ont été établis sur trois étapes.
La première porte sur des rencontres locales avec les citoyens et leurs représentants, les notables et les représentants du mouvement associatif local, ainsi que l’administration et les élus locaux.
Au total, 19 wilayas sont retenues pour accueillir les rencontres de cette phase qui s’étalera jusqu’au début du mois de novembre prochain. Parmi ces wilayas, une dizaine est située au sud du pays. La seconde étape concerne les 9 autres wilayas, des régions des Hauts Plateaux et de l’intérieur, qui accueilleront des rencontres avec la population locale et celles des wilayas limitrophes.  Bien évidemment, l’ensemble des 48 wilayas seront ainsi concernées par cette première étape.
Aussi, ces rencontres seront suivies d’assises régionales qui regrouperont les délégués issus des concertations locales et devant aboutir à la tenue d’assises  nationales réunissant les délégués mandatés par chaque assise régionale.
La troisième étape qui s’étalera sur tout le mois de novembre concernera six wilayas où seront organisées des assises régionales, à savoir Ghardaïa, Tiaret, Oran, Constantine, Sétif et Alger. Chacune de ces rencontres verra la participation de délégués issus de toutes les wilayas impliquées dans la phase précédente.
Houria Akram


Le président du CNES, hôte hier des wilayas de Ghardaïa et de Ouargla

Il est à signaler que la concertation sur le développement local se poursuit, puisque hier, le président et des membres du CNES étaient à Ghardaïa lors d’une rencontre avec les membres de la société civile.
Les travaux de cette rencontre, qui a jumelé pour la première fois depuis le début de la concertation deux wilayas (Ghardaïa et Ouargla), ont débuté avant-hier, par une séance de travail consacrée à la présentation des efforts consentis par les pouvoirs publics en matière de développement local dans ces deux régions voisines.
Le président et les membres de la délégation du Conseil national économique et social (CNES), chargés d’animer la concertation, se sont ensuite réunis avec les élus locaux des wilayas de Ouargla et de Ghardaïa, avant de terminer les travaux dans  la nuit par l’écoute des représentants locaux.
La wilaya de Biskra, initialement prévue dans cette rencontre, a été différée à une date ultérieure pour des raisons organisationnelles et techniques, a-t-on fait savoir.


EL MOUDJAHID – QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE – EURL El MOUDJAHID – 20, Rue de la Liberté – Alger – Algérie
Tél. : +213(0)21737081 – Fax : +213(0)21739043
Mail : info@elmoudjahid.com

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia