RSS

Grave accident de la route près de Tiaret : 19 morts et 30 blessés

26 mars 2012

ACCIDENTS

Un grave accident de la route s’est produit dans la nuit du samedi à dimanche à 2 h du matin, sur la RN23, commune de Ghertoufa, daïra de Rahouia, wilaya de Tiaret, causant 19 morts et 30 blessés, a-t-on appris hier auprès de la cellule de communication de la direction générale de la protection civile.

Un grave accident de la route s’est produit dans la nuit du samedi à dimanche à 2 h du matin, sur la RN23, commune de Ghertoufa, daïra de Rahouia, wilaya de Tiaret, causant 19 morts et 30 blessés, a-t-on appris hier auprès de la cellule de communication de la direction générale de la protection civile.

Selon le commandant Farouk Achour, il s’agit, en fait, d’un autocar assurant la navette Hassi Messaoud – Oran qui est tombé dans un ravin d’une profondeur de 150 mètres. Les blessés, des polytraumatisés pour la plupart, ont été évacués vers l’hôpital de Tiaret, précise la même source.
L’unité territoriale de la gendarmerie nationale de Tiaret a indiqué  que l’épais brouillard matinal qui a recouvert toute la région est à l’origine de l’accident. L’absence de visibilité sur ce tronçon dangereux s’est ajoutée à la fatigue du conducteur, harassé par le long trajet qu’il a fait depuis Hassi Messaoud, a-t-on indiqué de même source.
Le chauffeur du bus (54 ans) souffrant d’une fracture ouverte au niveau de la jambe, a précisé à l’APS, que le brouillard était épais rendant la visibilité quasiment nulle, ce qui a entraîné le dérapage de son véhicule avant de se renverser dans le ravin. Selon  la protection civile, pas moins de 10 équipes de pompiers ont été engagées sur le terrain, suite à cet accident, aux fins de secourir les victimes. L’on nous signale d’autre part, que le wali de Tiaret accompagné du directeur général de la protection civile, le colonel Mustapha Lehbiri, se sont déplacés sur le lieu du drame, durant la même nuit. Selon le commandant Achour, pas moins de 24 accidents ont eu lieu, le week-end dernier, à travers un grand nombre de wilayas du pays occasionnant 37 décès et 80 blessés. Le bilan des dernières 48 heures est alarmant et inquiétant, il renseignent, si besoin est, sur l’imprudence des fous du volant qui n’hésitent pas à appuyer sur le champignon, en dépit de la fatigue, des aléas de Dame Nature et des autres mauvaises conditions de conduite. Le manque d’expérience des chauffeurs, pour les nouveaux permis, et l’insouciance et l’immaturité des conducteurs les plus expérimentés, sont souvent pointés du doigt, en premier.  Sollicité sur la question, le commandant Achour mettra en relief la grande part de responsabilité du facteur humain – premier responsable du «terrorisme routier» qui a fauché 485 enfants en 2011. Il insistera sur « l’impératif d’organiser des sessions de formations au profit des conducteurs de bus et de l’ensemble des professionnels de la route, pour qui la conduite des différents moyens de locomotion est leur gagne-pain». Rappelons que durant l’année écoulée, les agents de la gendarmerie nationale ont procédé au retrait de quelque 193.683 permis de conduire.
Ces mêmes services ont recensé 323.484 délits contre le code de la route, 90.752 contraventions et 75.852 infractions pour non-respect du contrôle technique et ont dressé 545.764 PV d’amendes forfaitaires.  Il y a lieu de noter, d’autre part, qu’un nouveau dispositif visant à sanctionner l’ensemble des infractions mettant en danger la vie des autres, devrait entrer en vigueur au mois de novembre prochain. Le permis à points, puisque c’est de lui qu’il s’agit, qui sera affecté à chaque détenteur du permis de conduire compte  24 points, lesquels seront retirés au mauvais conducteur selon la nature des contraventions commises. Elles sont à raison de 4 points pour les contraventions du 3e degré, 6 points pour celles du 4e degré et 8 points pour les délits. Cela dit, et même si les points sont récupérables après une formation spécifique, tout chauffard qui aura épuisé ses points, sera qualifié à jamais de récidiviste.
Soraya G.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia