RSS

EL-MECHERI ABDELFETAH TÊTE DE LISTE DU MPA À TIARET AU «COURIER D’ALGÉRIE» «Nous oeuvrons pour le changement et l’ordre»

À Tiaret, les partis politiques, ont-ils, tous, réussi l’épreuve du choix des candidats? La réponse est infirmative, quand on sait que les formations jusque-là influentes, à l’instar du FLN et du RND, se trouvent confrontées à une confusion inédite tant le mécontentement des militants que des candidats recalés se veut criard. Cependant, d’autres formations fraîchement investies sur la scène électorale peuvent, selon la vox-populi, profiter de cette guéguerre interne, née au sein des bases arrières de Belkhadem et Ouyahia. Sur un autre volet, tout laisse croire que l’implication des pouvoirs occultes, principaux manipulateurs par excellence de toutes les irrégularités commises par les candidats, ou leurs formations, aux élections, aussi bien locales que législatives, est, aujourd’hui, révolue. Auparavant, les «caïds» et leurs auxiliaires usaient lors de telles échéances, entachées de fraude, en faisant usage de leur pouvoir pour pervertir les élections au point de barrer la route à tout candidat qui osait se passer de leurs «loyaux» services en matière de vote. Sans leur bénédiction, personne ne pouvait postuler, alors, au moindre siège à obtenir par voie électorale, quitte à ce qu’il soit accepté par l’ensemble de l’électorat de sa circonscription. Maintenant que les autorités sont appelées, solennellement, à adopter la neutralité positive, la balle est dans le camp des partis politiques et des électeurs qui doivent faire montre de conscience et de sérénité. Dès lors, laissons les candidats s’étaler et livrer à nos lecteurs leurs impressions concernant cette échéance. El-Mecheri, avant de parler de votre candidature à l’APN, pouvez-vous vous présenter, brièvement, à nos lecteurs ? Agé de 51 ans, je suis avocat de profession, membre du conseil régional et ayant à mon actif deux mandats au conseil de discipline de la corporation. Auparavant, j’ai assumé d’autres fonctions, à savoir celles de juge, juge d’instruction et conseiller auprès de la Cour. Durant ma carrière, j’ai participé à diverses rencontres nationales et internationales (Maroc, Liban, Égypte…) et effectué une session de formation au sein de l’Institut international de Strasbourg. Parallèlement à ma fonction, j’ai contribué aux activités du Croissant-Rouge algérien que j’ai côtoyé sous la casquette du bénévolat. Quelles sont les grandes lignes du programme présenté par votre parti ? Avant tout, c’est peu dire que notre pays est à la croisée des chemins avec ces élections qui interviennent après une période que nul n’a besoin de décrire. Au sein du MPA, nous tablons, d’abord, sur un changement de certains comportements qui ont, jusque-là, mené notre région à la paralysie, revoir la carte du développement des zones rurales et se positionner en fonction des spécificités réelles en rétablissant un peu d’ordre dans les compartiments socio-économique, éducatif, santé publique non sans accorder mieux d’égard à la jeunesse que l’on voit, aujourd’hui, livrée à ellemême. Pour ainsi dire, nous portons comme objectif principal une perspective allant dans le sens à repenser le modèle de notre société, le concrétiser et le proposer à notre environnement… La « règle du jeu » sera arbitrée par cette population qui aura à suivre toutes nos activités dans la transparence la plus absolue. Nous aurons, également, en charge, au travers de notre mandat, de gérer la lourde machine de l’institution, d’en animer les débats et d’en poursuivre les réformes pour en faire un outil efficace et ouvert, à la hauteur des attentes des citoyens de cette Algérie riche de son histoire et de ses traditions ancestrales. Quel est, justement, le message que vous adresserez à ces citoyens ? D’emblée, je dirai que la population se présente comme un atout indéfectible pour la réussite d’une élection dans la mesure où la crédibilité de cette dernière dépend du taux de participation. Pour ce faire, je souhaite une forte participation aux prochaines élections. Quant au suffrage, lui-même, je suis convaincu que notre population a acquis une longue expérience par ce passé qui l’a forgée et c’est là, aussi, l’un des critères sur lesquels l’électeur se basera pour choisir les candidats. En un mot, le citoyen est appelé à voter en fonction de ses convictions personnelles, et ce, en toute liberté et transparence. Que les jeux soient loyaux et sans ingérence, aucune, des pouvoirs publics en général et des institutions administratives en particulier. Donc, on se donne rendez-vous au 10 mai et que celui qui est mieux loti au sein de la population soit le vainqueur mérité.

M. Zouaoui

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “EL-MECHERI ABDELFETAH TÊTE DE LISTE DU MPA À TIARET AU «COURIER D’ALGÉRIE» «Nous oeuvrons pour le changement et l’ordre»”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Le MPA en campagne
    le 12.03.12 | 10h00

    Le MPA, Mouvement populaire algérien (ex UDR) d’Amara Benyounes a organisé, recemment, une journée portes-ouvertes, destinée à mieux faire connaitre le parti et ses représentants dans la wilaya de Tiaret.

    Beaucoup d’invités ont ainsi défilé, hier matin, pour prendre langue avec les membres du bureau et du conseil, sous l’œil avisé de son mentor, l’avocat Mechri Abdelfatah, ex-transfuge du RND et membre de l’APW. Le chef de la fédération de Tiaret, en marge d’une entrevue, a fait savoir que «son bureau compte neuf membres dont quatre femmes, à majorité issus du milieu de jeunes». Notre interlocuteur qui «compte élargir la représentation du mouvement à travers toute la wilaya» ajoute avoir «structuré la base à Tiaret à hauteur de 70% et placé dix membres au conseil national» alors que d’intenses pourparlers sont entamés.

    Fawzi Amellal

    © El Watan

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Mon bébé, Justin, me manque beaucoup

    Répondre

Répondre à Artisans de l'ombre

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia