RSS

ANIMATION CULTURELLE À TIARET Quand l’ODEJ prend le relais

Depuis que la maison de la culture au sud de la ville de Tiaret n’offre point de service, crée le vide et ferme l’espace de la culture sous toutes ses facettes et dans toute sa dimension universelle, alors l’office des établissements des jeunes (ODEJ) prend le relais. Depuis le début du mois de ramadhan, Benameur Mourad, le jeune directeur de l’ODEJ s’est engagé avec beaucoup de conviction et de motivation dans une action des plus respectables à l’endroit de l’intelligentsia. En effet, le centre est devenu un forum pour ceux qui se délectent de savoir et des débats contradictoires et pour des échanges des idées liées à la production du livre, du cinéma, du théâtre, de l’histoire de la région et de la poésie du terroir. Jeudi soir après la prière des tarawih, le centre a été à l’honneur de plusieurs présentations de livres de jeunes écrivains de Tiaret jusque là presque inconnus dans la ville, notamment la jeune Mebarak Zohra, écrivaine, poétesse essayiste qui venait de subjuguer un public averti. La jeune écrivaine, native de Ain Dheb au sud de Tiaret, s’est déjà faite un nom à Bahrein dans le monde du livre pour avoir été plusieurs fois primée pour sa production littéraire. Ce soir, la cérémonie a été rehaussée par la présence du wali Bousmaha Mohamed qui a tenu à assister avec le public en homme de culture sans protocole ayant pour seul viatique son goût pour les Belles Lettres. Trois écrivains, El Houari Dilmi pour son dernier livre « Des mots en rondelles », recueil de ses chroniques de « Chalachou » qui parle de la vie et que l’écrivain écrivait. Bouziane Ahmed, historien membre de la fondation Emir Abdelkader pour « Tiaret à travers l’histoire ». L’écrivain situe la cité dans sa dimension de géographie physique et humaine pour la replacer dans l’histoire qu’elle a faite depuis la nuit des temps. Et enfin « Je ne vendrai la vie » de Zohra Mebarak, un roman écrit dans une langue raffinée et puissante lorsque tous les mots se diluent aisément dans l’ambiance de l’imagination.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia