RSS

La fabrique de mendiants fonctionne bien dans la ville

B. KACEM

Inimaginable, voire presque irréel tout le fonctionnement de la fabrique de mendiants dans la ville de Tiaret où tout est possible pour se faire de l’argent. Des bataillons formés dans les «écoles» de l’escroquerie et de l’arnaque sont lâchés quotidiennement dans les rues pour agresser des personnes. Le phénomène de la mendicité, n’étant pas encore éradiqué, encore moins combattu par les pouvoirs publics, qui a de longs jours devant lui, s’est alors installé pour y demeurer longtemps. Dans cette ville que certains citoyens ont trouvé comme étant un espace de prédilection, de liberté et de non droit pour exercer en toute quiétude la profession sans aucun interdit en plus! Des scènes vécues par des victimes de l’arnaque et principaux acteurs de la mendicité, ont fait l’objet de notre enquête et dont nous les reproduisons fidèlement. Devant la mosquée Fatima Zohra, au quartier la Cadat, au sud de la ville, trois femmes dont une aveugle et une jeune, occupent le terrain du matin au soir, depuis le mois de Ramadhan, pour repartir, le soir venu, avec la caisse pleine de pièces de monnaie pour l’échanger contre les billets de banque chez le commerçant du coin, un magot équivalent à un mois de salaire d’un fonctionnaire. Sur les trottoirs et à l’ombre des platanes, devant le collège Ziane Chérif, un jeune handicapé et une femme en djellaba, se disputent le terrain. La femme originaire d’une commune voisine, exerce comme femme de ménage dans un établissement scolaire, a-t-on appris de son voisin. Devant le marché Vélani, une surface commerciale à grandes affluences, deux jeunes filles assises à même le sol tenant sur leurs jambes de petits enfants endormis sous l’effet de somnifères puissants, ont été reconnues comme étant inscrites sur la liste du filet social dans une commune. Dans la rue et sur les terrasses de cafés et hôtels, des mendiants ont été reconnus pour leur aisance et dont ils ne sont dans le besoin que pour agir de la sorte, à l’exemple des fellahs ayant vendu leurs terrains agricoles acquis lors de la Révolution agraire, des employés dans les établissements publics et des retraités. La grande poste, au centre de la ville, est le lieu par excellence de tous les mendiants de la région qui y viennent pour un rassemblement collectif où seuls les forts y résistent. Le récit le plus étonnant nous a été livré par Djillali, un jeune réceptionniste dans un hôtel situé au centre-ville de Tiaret «Ce que j’ai vu en ce premier jour de l’Aïd à six heures du matin, m’a vraiment intrigué jusqu’à secouer tout mon esprit.» Et de surenchérir «Un homme bien habillé est descendu d’une voiture R19, a ouvert les portes arrières pour laisser descendre deux femmes voilées et deux petits enfants en leur indiquant la place qu’elles doivent occuper, en l’occurrence la porte de la mosquée et le bas des escaliers menant vers la rue Emir Abdelkader.» En somme, voilà comment fonctionne la fabrique de la mendicité dans cette immense ville que ses locataires semblent accepter impuissants tous ces faux mendiants.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “La fabrique de mendiants fonctionne bien dans la ville”

  1. cheikh Dit :

    La fabrique de mendiants fonctionne très bien dans la ville de Tiaret, prèsque dans tous les villes. c’est un grain très facille. un Journaliste à Annaba, à fait une enquette secraite ,sur un mendian, pour une journé il à gagnier 9000.00 . lorsque le mendiant rentre chez les commerçens pour changé la monés on billes.le maleur il passe chez plusieurs commerçens, une ruse pour ne pas hétré remarqué par les gents. le Journaliste chevroné, passe apré lui pour demendé le commerçen, sil vouplais je voudré juste avoire la vérité sur ce mendiant.

    Répondre

Répondre à cheikh

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia