RSS

Tiaret : le salon du cheval revient

28 mai, 2013

 

Salon du cheval à TiaretLa 8e édition du Salon national du cheval reviendra, durant la première semaine de ce mois de juin, avec la participation de pas moins de 300 cavaliers regroupés autour de 22 clubs équestres. Un comité d’organisation a été installé par les autorités locales qui en font une préoccupation majeure tant le cheval se veut un symbole inébranlable de la région.
Une manifestation qui durera trois jours et qui sera caractérisée par la valeur des assortiments civilisationels, culturels, économiques et touristiques de l’antique Tihert. Au menu de cet événement, on s’attend aussi à une pléiade d’activités dont  l’équitation traditionnelle (fantasia)  et contemporaine, l’exposition et la vente de chevaux, de sellerie et autres équipements liés au cheval, concours national d’endurance, épreuves de saut d’obstacles, exhibitions de voltige, courses hippiques, concours modèle et allure ainsi que des parades équestres. Pour les citoyens qui attendent avec nostalgie de telles festivités, ce salon sera une aubaine pour découvrir de près les caractéristiques de cet animal « éternel compagnon de l’homme » et les cavaliers de la région. Ainsi, le haras Chaouchaoua accueillera des épreuves nationales qui seront exhibées par le cheval  anglais, né en Algérie, le cheval pur-sang arabe et le cheval barbe.  Néanmoins, cette manifestation sera clôturée par l’organisation, par l’association des anciens joueurs d’Ezzerga, d’un double-jubilé en l’honneur de deux figures de proue du football à Tiaret, que sont Oulbachir Madjid et Zaoui Mohamed, gravement malades actuellement, qui ont marqué d’une empreinte d’or l’histoire de la JSM Tiaret. Deux rencontres de football sont au programme de cette action qui portera le sceau du spectacle, de la convivialité et surtout de retrouvailles entre des joueurs de diverses générations. Une occasion aussi de remémorer le Chahid Ali Maâchi tant cette rencontre aura lieu le 08 juin qui coïncide avec la journée nationale de l’artiste et sera suivie de la semaine culturelle qu’abritera la maison de la Culture de Tiaret. Pour revenir à l’importance de l’espèce équine à Tiaret, autant avouer qu’il s’agit d’un symbole inaltérable qui s’est frayé une position importante depuis bien des lustres tant il représente un vecteur emblématique de fierté, dont l’ampleur est allée au-delà des frontières. Sur le plan historique, la jumenterie de Tiaret, érigée en 1877, avait son pesant d’or pour les colonisateurs français dont l’objectif était de produire un cheptel pouvant rivaliser avec la cavalerie de l’Emir Abdelkader qui comportait des chevaux pur-sang arabes, jouissant d’une incontournable endurance sur les terrains de combat.

ATTRIBUTS DES CHEVAUX BARBES ET PUR-SANG ARABES
Assurément, les disparités du cheval pur-sang arabe, ainsi que sa solidité, étaient déjà certaines vers la fin du premier millénaire, sous la dynastie des Abbassides. Son endurance et sa pondération sont dues à de longs centenaires dans un environnement nomade en milieu antinomique. Il s’agit, en somme, d’une bête appréciée pour sa rapidité, sa persévérance et son courage. Il s’illustre par une peau très ravissante et son caractère peu délectable. Quand au cheval barbe, dit des pays maghrébins, il est issu d’une race pure dont les étalons sont aborigènes de l’Afrique du Nord, soit de l’Algérie, Maroc, Tunisie et Libye. Obéissant et agreste, il est adapté, depuis des lustres pour la chasse, l’exhibition, le travail et le combat. Compagnon classique des nomades, le cheval barbe, en plus des activités culturelles auxquelles il est mêlé, jouit de certaines caractéristiques qui le distinguent par sa conception dans de nombreuses activités sportives contemporaines, comme l’apprentissage de l’équitation, l’endurance, le polo, les chevauchées équestres touristiques, le dressage, etc.… S’agissant de l’origine de son nom, elle émane des grecs qui, pour indiquer les habitants de l’Afrique du nord faisaient usage du mot «Barbaros» qui signifie tout ce qui est «non grec ou étranger», un vocable imité par les Romains puis par les Arabes et qui a fini, par la suite, par les appellations de Barbare, barbarie, barbaresque, berbère, avant qu’il ne soit transformé, beaucoup plus tard, par les français qui l’ont nommé cheval barbe.
M. Zouaoui

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia