RSS

Briqueterie de Frenda : un joyau terni par la bureaucratie

22 juil, 2013

 

Briquietterie de FrendaMalgré les nombreuses mesures de motivation et d’encouragement à l’investissement annoncées en grande pompe par les pouvoirs publics, les tracas demeurent manifestement de taille à Tiaret où les lenteurs administratives ne cessent de gangréner la situation. Et l’exemple de la nouvelle briqueterie de Frenda est plus qu’édifiant. Piloté par la « SARL Boumerdès », ce projet a été initié en 2003 quand une demande, portant sur l’acquisition de l’assiette foncière, a été formulée auprès de l’autorité compétente pour n’être honorée qu’en 2008 et ce, par voie de soumission. Néanmoins, de nombreuses embûches sont montées à la surface concernant l’achat définitif du terrain et ce, avant qu’une demande de permis de construite ne fut aussitôt introduite. Un document soumis à des tractations administratives qui n’a été obtenu qu’à la fin de l’année 2010. « Victimes des lourdeurs de l’administration, nous avons entamé les travaux en janvier 2011, avec un retard considérable bien que le projet est porteur de diverses munificences socioéconomiques, voire la création d’emplois et de valeur ajoutée, pour la région », nous affirmé le chef de projet. Ce dernier soulignera que le promoteur a convoité la zone d’activités pour la simple raison que les pouvoirs publics avaient promis d’accompagner les investisseurs par le biais des divers organismes impliqués ainsi que la disponibilité des équipements accompagnateurs. Nonobstant ce qui précède la réalité s’est avérée toute autre sachant que le promoteur a dû faire recours à ses propres moyens pour faire démarrer les chantiers. « Devant l’absence des réseaux de gaz naturel et de l’électricité, nous avons été soumis au parcours du combattant pour nous alimenter en ces énergies qui nous ont coutés pas moins de 7 milliards de centimes pour le gaz et 5 milliards pour l’électricité sur une distance de 2,5 kilomètres avec tous les ennuis rencontrés avec les propriétaires terriens qui se sont opposés au passage des conduites », s’est encore indigné notre interlocuteur qui dira que les obstacles persistent toujours. Néanmoins, le problème pour le moins crucial qui est aujourd’hui d’actualité est relatif à l’alimentation en eau qui est achetée auprès des particuliers. « Notre demande pour le fonçage d’un forage est déposée depuis des lustres au niveau de la direction de l’hydraulique qui affiche toujours son entêtement quant à la délivrance de cette autorisation et ce, en dépit de l’intervention directe du wali de Tiaret qui, sans le nier, a tout fait pour nous assister », ajoutera le chef de projet. Un silence pour le moins énigmatique de la direction de l’hydraulique qui délivre le dit document aux particuliers qui en font de l’eau une source de commerce alors que ce projet est toujours voué à une interminable attente. Cependant, ce projet, qui doit théoriquement être opérationnel au plus tard en septembre prochain, a déjà consommé la bagatelle de 200 milliards de centimes. Outre les 60 travailleurs actuellement enrôlés, il aura à créer, au début, 200 postes d’emploi et une production de 600 tonnes de produits cuits/jours, voire des brique
8 et 12 trous ainsi que l’hourdis, soit 200 000 tonnes/an. Toutefois, le promoteur compte investir dans d’autres projets complémentaires comme celui devant porter sur la tuilerie, pour peu que l’intervention des pouvoirs publics pour l’extension foncière soit de mise. Par ailleurs, autant souligner que les déboires de cette entreprise ont commencé avec la mise en service de la carrière d’agrégats qui est située à 5,5 kilomètres du projet et dont l’accès (route) a été en grande partie à la charge de l’investisseur. «Notre ambition est de sauvegarder l’investissement, malgré les difficultés que nous rencontrons, en créant des projets durables et innovants », aura à conclure notre interlocuteur qui interpelle les autorités locales à faire montre de plus de conscience pour une réussite attendue.
M. Zouaoui

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia