RSS

TIARET : La Baraque à 20 millions l’unité

Maloufi MahdiPublié dans Réflexion le 19 – 04 – 2010

Un réseau de commerçants de baraques, s’est mis en place à Tiaret, avec des prix oscillant, entre 10 et 20 millions de centimes l’unité. La baraque, reste le seul moyen d’accéder, au logement social, estiment certains.
L’image des bidonvilles continue, à coller à la ville de Tiaret, laquelle, pourtant, s’était débarrassée durant les années 1980 des cités fantômes, à l’exemple, de celle de “Errahma”, où des milliers de baraques donnaient un aspect, de désolation et de misère. La réapparition des bidonvilles, qui ceinturent aujourd’hui Tiaret, a été constatée quelques années après, avec l’avènement du terrorisme intégriste, qui a contraint les populations des localités isolées, à l’exode vers les grandes villes. Ainsi, Tiaret ville, Sougueur, en passant par les communes de la plupart de la wilaya deTiaret, les baraques de différents types de constructions, poussent comme des champignons. Si l’on se réfère, à des déclarations des habitants, de ces régions, chaque nuit “naissent” une dizaine de “bicoques”, un peu partout, sur le territoire de la wilaya. Aussi, de véritables réseaux spécialisés, dans la réalisation des baraques existent à Tiaret. L’unité est écoulée, pour une somme variant de 10 à 20 millions de centimes, selon nos sources. “Le prix des baraques diffère, d’une région à une autre. Les plus chères, sont celles du chef lieu de wilaya et, à un degré moindre, celles de daïras limitrophes, par exemple, la baraque est cédée entre15 et 20 millions de centimes”, explique un “samsar” (courtier), versé dans ce créneau. Décidément, aujourd’hui, rien n’arrête la poussée des bidonvilles. À Tiaret, où ce phénomène qui a énormément porté préjudice, à l’image de marque, a atteint en quelques endroits, surtout dans la périphérie de la ville, des proportions alarmantes. L’on dénombre, par exemple, plus de « 500 » cinq cent baraques, dont la plupart sont construites en dur, au vu et au su de tout le monde. Les lieux choisis, sont situés généralement loin des yeux. Autrement dit, des terrains propices, à l’implantation de baraques sans être dérangé. Une fois les 10 premiers bidonvilles construits, le reste suit comme sur des roulettes et c’est ainsi, que poussent de nouvelles cités de bidonvilles. Selon certaines indiscrétions, la majorité de ces constructions illicites, a été réalisée, durant ces deux dernières années seulement. Cependant, la complicité des services techniques des communes est flagrante. Aujourd’hui, à Tiaret, la “naissance” d’une nouvelle cité de bidonvilles, attire les gens tels, des charognards autour d’une proie. Une situation où les “smasria”, les « quelques ripoux », au sein des commune, et les “clients”, trouvent leur compte. Dès leur création, ces cités de bidonvilles ne souffrent, que du manque d’établissements scolaires, car l’alimentation en énergie électrique, est assurée, à partir des locaux des immeubles, des cités limitrophes, à l’aide de câbles dépassant parfois deux kilomètres de longueur, alors que pour l’AEP, les gens optent en majorité pour des puits. Cependant, une première tentative de lutte contre les bidonvilles a été lancée, il ya quelques années, mais les résultats demeurent au stade des intentions, à savoir une campagne sans rien d’autre, de la poudre aux yeux, en détruisant plus d’une quinzaine de baraques. Mais beaucoup reste à faire, pour l’éradication totale des bidonvilles. Le recensement de ces baraques, pour un éventuel relogement par les pouvoirs publics, demeure la clé de voute, pour ces nouveaux trabendistes, en effet, avec la complicité des agents chargés du recensement, ces derniers proposent aux occupants une « chkara » afin de les inscrire sur une liste d’attribution, ce qui encourage d’autres familles, à s’installer dans ces baraques. En conclusion, ce n’est pas pour demain, que Tiaret se débarrassera de ces bidonvilles. Une mission très difficile, voire même impossible dans les 10 prochaines années, car pour beaucoup, la baraque est de nos jours, le seul moyen d’accès à un logement social, estiment certains.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia