RSS

Une semaine après l’Aïd El Adha

Le prix du poulet de chair frôle les 300 DA le kilo

Passé l’Aïd El Adha où du rant plusieurs jours les gens se sont rassasiés de viandes rouges, le commerce reprend peu à peu ses droits sur la place d’Oran et notamment après la reprise des activités de plusieurs segments de ce secteur. Cependant, les boucheries de viande blanche ne semblent pas encore investies en bon nombre par les consommateurs non pas parce que la viande de l’Aïd n’a pas encore été entièrement consommée, du fait que de concitoyens n’ont pu avoir accès au mouton, mais en raison du prix du poulet qui s’est envolé, après une chute sensible constaté au lendemain de cette fête religieuse. En effet, le coût de la volaille frôle actuellement les 300DA le kilo, alors que durant la semaine précédant l’Aïd, celui-ci était descendu de 400DA à 250DA. La hausse se situe entre 20DA à 50DA et rien de réellement plausible ne vient étayer les explications fournies par les bouchers concernant cette augmentation. Chacun y va avec son interprétation sur les causes attribuant cela à plusieurs facteurs qui seraient à l’origine de cette flambée. Certains professionnels du secteur avicole expliqueraient que c’est un problème d’offre qui serait, et ce moment faible ce qui ne permettrait pas de satisfaire la forte demande. Les raisons, selon ces derniers, seraient à mettre sur le nombre de plus en plus réduit des producteurs au niveau de la région ouest. Aussi on parle de deux gros éleveurs, dont l’un serait implanté dans la wilaya de Tlemcen et l’autre dans celle de Tiaret, qui disposeraient ainsi d’une sorte de monopole sur le marché local. «A mon avis, ce sont eux qui plafonnent leur production pour affermir le prix en le maintenant à la hausse, afin de réduire les pertes qui à certaines périodes de l’année sont importantes», affirmera un gérant d’abattoir pour poulets. D’autres attribuent également cette baisse de l’offre du fait d’un déficit en chambres froides entraînant une conservation limitée du produit chez les bouchers. Il y a également les problèmes de coût dits élevés de l’alimentation pour volaille qui sont évoqués. Cependant, du coté des consommateurs, on commence à avoir marre de ces arguments qu’on leur ressort à chaque augmentation et qui durent depuis des décennies. On ne comprend toujours pas pourquoi les responsables au niveau national et local, les producteurs et toute la chaîne d’intermédiaires de ce secteur n’arrivent pas à maitriser la situation depuis des dizaines d’années. En attendant que le poulet reparte à la baisse, on pourra toujours se contenter de sardine dont le coût, pour le moment, reste abordable, car le poisson à souvent tendance à jouer au yoyo pour ce qui est des prix. S.A. Tidjani

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

À savoir sur le phénomène I... |
Encrage |
LE BLOG DE MAITRE YVES TOLE... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sitehgeo4
| "L'arbre qui tombe peut fai...
| Dra. Monica Guia